Effet de la pandémie Covid : la mutation du marché de l'électronique

ARTICLES 3 sept. 2021

Avec le début de la pandémie mondiale en 2019, les marchés ont dû faire face à des difficultés dont les conséquences sont nombreuses. Perturbation voire dislocation des processus de productions, fermetures des usines, risque de crise économique généralisée, plan gouvernementaux, évolution des besoins dus à l'accélération des technologies... impactent tous fortement le marché de l'électronique

Dans ce contexte d'équilibre Offre/Demande bouleversé, les effets de la pandémie sur le long terme sont encore aujourd'hui mésestimés. Les états et grandes entreprises du secteur revoient leurs plans stratégiques.

Les capacités de production et la supply chain mises à mal. A la surprise générale, la reprise en Asie a été vive et rapide. Dans un même temps, la pandémie en occident accentuait les besoins dus aux confinements. Le télétravail, l'achat en ligne, les loisirs à la maison ont été très rapidement sources de tensions fortes.

Globalement, cette crise mondiale comporte des aspects bénéfiques pour certains secteurs. Le E-commerce a explosé. Certains marchés initialement en forte croissance ont déjà retrouvé une situation économique stable comme celui du transport aérien. Du côté du marché de l’électronique, la situation financière reste plutôt bonne. Les entreprises de ce marché sont toutefois confrontées à des problèmes majeurs tels la pénurie de semiconducteurs, les retards au niveau des passages en douane ou encore les problèmes d’effectifs dus au manque de personnel, notamment dans la supply chain.

Les entreprises EMS (sous-traitants) : touchées de plein fouet en 2020.

  • Les revenus de 69% des EMS européens ont, sans surprise, diminué au cours de l’année 2020 (étude de marché basée sur une analyse de 190 entreprises EMS).
  • Les secteurs de l’automobile et de l’industrie ont été plus sévèrement touchés par la crise.
  • Le revenu du secteur de l’industrie (électronique) a chuté pour atteindre 330 milliards de dollars. Il faut ajouter à celui-ci le revenu du secteur de l’automobile (électronique) soit 243 milliards de dollars.
  • Seulement 40% de ces entreprises ont vu leurs ventes augmenter.
  • En revanche, les EMS poids-lourds, dans le TOP5 paraissent immunisés face à la crise : 4 sur les 5 premiers ont déclaré avoir augmenté leur chiffre d’affaires (tout comme 7 entreprises sur le TOP 9).

Les mesures prises par l'Inde pour développer ses industries

La pandémie a fait beaucoup de bruit ces derniers temps et a masqué deux éléments principaux qui ont affecté l’industrie des EMS :

  • Le premier concerne la « migration manufacturière».

En effet, bien que la Chine n’ait montré aucun signe particulier de contrôle de son système productif, L'Inde, Taiwan, le Mexique et le Vietnam se sont quant à eux démarqués durant la crise tout en jouant un rôle notable.

Le développement du supplychain en Inde lui a permis de devenir un « centre de fabrication » . En effet, ce pays vise à être le 3ème plus grand marché EMS d’ici 2030 (derrière la Chine et l’Amérique du Nord). Le gouvernement indien compte classer plusieurs de ses entreprises EMS "Made in India" au TOP50. Pour cela l’Inde a décidé de calquer son plan de développement du secteur des EMS sur celui de la Chine : aides gouvernementales, encouragement à l’investissement ou encore construction d’infrastructures destinées aux travailleurs. Ainsi, l’industrie manufacturière électronique indienne a connu une croissance de 12 à 14% par an. A titre d’exemple, en 2014 l’Inde comptabilisait seulement 2 entreprises dédiées à la fabrication de téléphones portables. Seulement 5 ans plus tard, le pays en comptait 268. Ces téléphones représentent 95% de la consommation locale.

Des aides gouvernementales ont aussi été déployées pour la production à grande échelle de matériel informatique. Dans le cas de l’Inde, ces PLI (Production-linked incentives) représentent une aide financière à hauteur de 1 à 4% sur chaque vente de produits fabriqués localement. Les entreprises indiennes spécialisées dans la fabrication d’ordinateurs portables, de PC ou de tablettes en profitent particulièrement.

C’est une première pour le pays, une entreprise locale indienne fait partie du TOP 50 (aux côtés d’entreprises importantes telles que Samsung et Nokia). L’EMS Dixon (se classe à la 37ème place avec 14 usines de fabrication et plusieurs filiales, ceci n’est que le début. La majorité des entreprises importantes en Inde ne sont pas locales (Foxconn, Wistron) mais la puissance locale pourrait bien bouleverser ce paysage.

C’est à travers de nombreux investissements que le gouvernement compte stimuler la production domestique en utilisant un mélange de crédit d’impôt (réduction fiscale), de versements directs et une hausse des droits de douane. Pour le dire autrement, le gouvernement indien est en train de transformer son approche libérale.

Le Mexique s'appuie sur sa situation géographique : Certains pays vont pouvoir réagir à l'activisme indien, tel le Mexique dont l’accord commercial signé entre le Canada, les Etats-Unis et lui-même en témoigne. Actuellement, 23% des exportations des Etats-Unis sont à destination du Canada et du Mexique alors que ce dernier exporte plus de 70% de ses 2 partenaires. Cette situation pourrait bien s’intensifier étant donné que les Etats-Unis essayent de réduire leurs relations avec la Chine. En conséquence, plusieurs EMS du top 50 commencent d'ailleurs à mettre fin à leurs opérations en Chine.

Le Vietnam disposant déja de nombreux EMS sur son territoire s’impose également comme une alternative au marché chinois :

  • Foxconn le n°1, prévoit d’investir 700 millions de dollars en Asie du Sud-Est. Foxconn est un groupe taïwanais dont la majorité de son activité est basée en Chine
  • Pegatron (Taiwan) classée n°3 retire également des productions de Chine
  • Universal Scientific Industrial classée n°11
  • Semitronicsn°20

Il est à noter que 30% de la production de ces entreprises sont fabriqués hors de la Chine !

Le Vietnam attire par ailleurs les entreprises et les investissements en disposant d'ouvriers qualifiés et d'une compatibilité avec les modèles économiques de l’Ouest. De plus, dans certains cas l’impôt est exempté et dans d’autres un taux préférentiel est appliqué.

De son côté, Taiwan profite de sa position dominante dans la production de composants électroniques semiconducteurs pour progresser rapidement sur le secteur EMS. En 2009, le pays comptait 9 entreprises dans le TOP 50 des EMS, aujourd’hui il en compte 12.

  • La seconde : La crise sanitaire a retardé voire annulé de nombreuses transactions.

Certains accords notables ont cependant été signés comme l’acquisition de SMTC par HIG Capital (pour 171 millions de dollars)ou celle de Applied Technical Services par Creation Technologies (pour 43 millions de dollars).

La situation actuelle des entreprises EMS

Aujourd’hui, certaines FMN (Entreprises globales) tels que Foxconn, Dell ou encore Wistron se sont regroupées avec des EMS locales comme Dixon, VVDN technologies, Instrument Technologies, Flex et Inventech.

Un marché américain en transformation

Sur le territoire américain, de nombreuses entreprises ont fusionné comme Astronics, Voltax, Zentech(PCBA), Inevola ou encore des fabricants comme General Micro-Circuits et Algotron). Ces entreprises de taille réduite étaient auparavant détenues par des investisseurs étrangers.

Côté Europe, la transaction la plus notable de cette année est le rachat d’Asteelflash par Universal Scientific Industrial, entraînant ainsi la fusion de la 29 et de la 11ème place du TOP 50.

La devise a son importance dans ce classement des 50 premières entreprises EMS. La devise principale reste le dollar c’est pourquoi elle est stable. La devise européenne a chuté de 10% et la suédoise de 15%. La devise chinoise quant à elle augmente de 1%.

Les marchés prometteurs à la sortie de cette crise sont l’automobile, l’industrie et le secteur médical. En effet, le secteur automobile a bouleversé l’avenir des EMS avec l’émergence des véhicules électriques et un besoin de nouveaux composants. Ce secteur a mis la lumière sur de nouveaux concurrents étrangers qui ont réussi à se glisser dans ce TOP 50.

Source Podcast : https://upmg.podbean.com/e/pcb-chat-77-the-top-50-electronics-manufacturing-services-companies/

Mots clés

Juliette Lubrano

Responsable de la communication digitale d'AGIGA

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.